Accueil >Mieux nous connaître >La FERREPSY

initier, encourager et fédérer les activités de recherche en santé mentale en Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées

Fédération régionale de recherche en psychiatrie  Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées (carte)

La Fédération régionale de recherche en psychiatrie et santé mentale Languedoc-roussillon, Midi-Pyrénées (FERREPSY), créée en juin 2015, s’est fixé pour objectifs « d’initier, encourager et fédérer les activités de recherche en santé mentale, de dynamiser les échanges de pratiques, de promouvoir l’amélioration de la qualité des soins et la formation», dans l'ensemble des établissements membres, quel que soit leur statut.

Treize établissements sont déjà adhérents de la Fédération organisée en GIP :

  • le CH Ariège Couserans,
  • le CH du Gers,
  • le CH de Lannemezan,
  • le CH de Lavaur,
  • le CH Gérard Marchant,
  • le CH de Montauban,
  • le CH Sainte Marie de Rodez,
  • le CHU de Toulouse,
  • la Clinique Beaupuy,
  • la Clinique d’Aufrery,
  • la Clinique des Cèdres,
  • la Fondation Bon Sauveur d’Alby,
  • l'Institut Camille Miret.

La FERREPSY, une réponse à un manque préjudiciable aux patients

A l’origine de la création de la FERREPSY, plusieurs constats :

  1. Les troubles psychiatriques affectent chaque année plus de 20% des français et se rangent d’après l’OMS au 3ème rang des maladies les plus fréquentes, 5 maladies mentales sont par ailleurs classées parmi les 10 pathologies les plus préoccupantes. Les différents rapports et plans concernant la psychiatrie réalisés ces dernières années soulignent en France le contraste entre l’ampleur et l’impact des troubles mentaux, et l’insuffisance de moyens de la recherche pour améliorer la pratique et innover dans les prises en charge.
  2. La recherche hospitalière se concentre surtout au niveau des CHU, qui ne représentent que 10% de la file active en psychiatrie.
  3. Au niveau régional, nous notons, le peu de travaux de recherche dans les hôpitaux ou cliniques périphériques. Selon le docteur Olivier, président de la FERREPSY : « Le manque de moyens et de temps, le fait qu’un clinicien n’est pas un chercheur explique en partie ce constat.»

La FERREPSY, feuille de route et premiers travaux

La FERREPSY a choisi d’orienter ses premiers travaux sur l’usage de la contention en psychiatrie. Ce sujet d’actualité a été remis à l’ordre du jour suite au rapport publié par le député Robillard, rapporteur de la mission d’information sur la santé mentale et par le CGLPL dénonçant une « utilisation de la contention mal maîtrisée ». Une étude prospective, coordonnée par le Dr Radoine HAOUI, est en cours d’élaboration de façon à réaliser un état des lieux objectif de l’utilisation des pratiques d’isolement et de contention dans notre région, sachant que jusqu’à présent, les chiffres dans ce domaine sont rares et qu’aucun suivi n’existe au niveau national. Cette étude pourrait également associer d’autres régions intéressées par cette méthodologie. Une meilleure connaissance de ce qui conduit à l’utilisation de la contention permettrait d’en restreindre la pratique en développant des alternatives d’accompagnement donnant plus de place à la dignité et à l’humanité dans les soins.

Une journée scientifique est déjà prévue le 10 juin 2016, en parallèle du Congrès annuel de psychiatrie et neurologie de langue française (CPNLF), qui se tiendra à Toulouse, afin de valoriser les actions menées dans chaque établissement adhérent et de faciliter le partage d’expériences.

CONTACT